NC-18 - Contexte Fantastique Contemporain - Avatar 200*400

Liens utiles

Recherche

Azazel
recherche pleins de liens !
Sandman
recherche des amis sexys ♥
Marcapin
recherche un lien

Il paraîtrait que...

Rackham Le Légendaire vie maintenant une idylle avec Harry Houdini sur le dos d'un morse.

Rackham Le Légendaire a formé Chuck Norris et The Rock.

Rackham Le Légendaire a pris une cuite monumental en compagnie de Mohandas Karamchand Gandhi.

Prédéfinis du moment ♥

Code par MV/Shoki - Never Utopia
Adapté grâce à Onyx - Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas


« Bah bien sûr, Narvalo ! Je vais refaire ton mur, enflure. » ft. Joy Adams

 :: The ULTIMATE Death Company :: Maât moi ça ! :: Bureaux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 10 Oct - 14:09
Ces putains de murs sont refaire. Ils sont vraiment dans un état déplorable… Je me retrouve du côté des avocats, certains me regardent et me jugent de par mon accoutrement simple, c’est-à-dire cargo, t-shirt, bandeau, avec ma caisse à outils presque aussi lourde que moi, ainsi qu’un cabas contenant une précieuse machine à café, tandis, qu’eux, se portent bien, à me regarder de haut, sans complaisance, me jugeant sans chercher à comprendre ce que je fais là. J’en ai même remit un à sa place quelques secondes avant qui me demandait si je venais pour un rendez-vous. Bah bien sûr, Narvallo, je vais refaire ton mur, enflure. Pour l’histoire, il y aurait un type aux grosse griffe qui se serait énervé et ravagé un mur. Le seul truc, c’est que derrière, y’avait les conduits d’eau, et notamment, l’évacuation de l’étage supérieur. J’vous dis pas les dégâts… L’étage d’en dessous à tous les plafonds à refaire, et moi je dois refaire les murs de ce bureau. Du coup, les locaux de la zone où je vais bosser sont presque vides. Les avocats, juges et autres greffiers alentours ont été transférés dans les sites temporaires, en attendant que les travaux se terminent. Enfin bon.

J’arrive finalement devant la porte de là où je dois répondre de mon professionnalisme. Et ce dernier commence par une ouverture de porte simple et banale, dans un bureau relativement spacieux ! C’est marrant, n’empêche de voir à quel point ce bureau paraît simple, alors qu’il est pourtant si éclairé. Les lumières jouent, certes, mais les murs sont d’un blanc à en faire pâlir un fantôme albinos. Sérieusement, je me demande pourquoi on ne réutilise pas le bois ? C’est un matériaux noble, simple à utiliser, très robuste, et ça donne un côté nature pas piqué des hannetons ! … Faut que je calme mon côté fragile, le plaquo c’est très bien aussi, et un peu mieux payé, ceci dit, ou du moins, un peu plus recherché. Bon. Je vérifie les alentours et remarque les lumières allumées. Je vérifie qu’aucun point électrique alentours n’est présent, et entreprend donc de déposer mes affaires non loin du bureau, et surtout, surtout, de brancher ma machine à café. Les dosettes et ma tasse en plastique sortie, je commence à sortir, attendant l’arrivée des plaques et du nouvel isolant que je devais poser. Connaissant les services de livraisons, je peux bien attendre un moment. Ce n’est certainement pas cette bande de sac à merde qui vont faire que je dois m’occuper autrement.



Quelques cafés plus tard, donc, je dirais bien une dizaine, vu comment mon petit sachet de dosettes s’est aminci, je suis toujours là attendre que mon plaquo arrive. En attendant, j’ai vite fait pu réfléchir à comment j’allais refaire ma table basse. Après tout, du bois brut, simple et classique, franchement, j’en aurai mieux d’en acheter bien d’autre, mais ce n’est plus la question. Je sors du bureau rapidement, m’en allant voir si je pouvais, de mon côté prendre vers mon dépôt, quelques trucs dont je n’aurai pas besoin aujourd’hui, mais potentiellement demain ou après demain. Dans la semaine, du moins, même si je pense qu’en deux jours, ce serait plié, vu le peu de taf qu’il y aurait à faire. Bon. Je dis rapidement bonjour au collègue qui s’amuse à rouler à ce qui s’apparenterait à une cigarette, lui demandant au passage d’ouvrir les fenêtres, et une fois ma visseuse et mon clouteur à air comprimé en main, je repars pour une bonne demi-heure, ou plutôt trois quarts d’heure vers ce qui serait apparentait visiblement comme mon taf.

Les escaliers emprunté, les snobs passés, je me rendais du coup vers ce fameux bureau qui ne m’intéressait guère, venant y balancer mes nouvelles affaires à l’interieur. Le timing étant au rendez-vous, je vis finalement mon matos de type plaque et isolant arrivé ! Saluant le mec de la livraison qui s’excusait du retard – après tout, il n’avait que trois heures et demi de retard, j’allais pas lui en vouloir, je signe le bon, et décharge avec lui ces plaques et son isolant tout mou. Sérieusement, j’ai jamais vu ça, on aurait dit de la gelé, le machin. Je me renseigne rapidement auprès d’un ami s’il a déjà vu ça quelque art, et une réponse après, je me rend compte que c’est tout con à mettre en place. Super, un bon café et on est parti ! Je le laisse couler, et j’en profite ainsi pour m’asseoir et réfléchir à ma manière de procéder. Je craque mes doigts fins un par un, avant de me lever et de commencer à faire mes mesures, chose que j’aurais donc pu faire en attendant mes saloperies de planche. Partisan du moindre effort, me voici !

Les calculs fait, je commence à sentir quelque chose, ou plutôt, à ressentir quelque chose. Quelques sifflements se font entendre, pourtant, il me semble bien être seul. Je regarde autour de moi, et je suis pourtant bien seul. J’ouvre rapidement la porte d’entrée, gauche, droite, non ? Non. Pas un rat. Je referme ainsi la porte, me demandant ce qu’est ce léger sifflement que j’entends, tout en commençant à attacher ma ceinture en cuir, finissant ma tasse et la posant contre le bureau. Et… Chier, qu’est ce que putain de quoi ?
Ange Jimmabbiad
Cafetière Officielle - ♥
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 08/10/2017
Âge (Personnage) : 32.
Lieu d'habitation : Dans un appartemment de l'ultimate death company.
Métiers / Etudes : Bob le bricoleur.
Avatar : Nero - Drakengard (manga)
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 15:30

Ange Jimmabbiad

&

Le What

« Bah bien sûr, Narvalo ! Je vais refaire ton mur, enflure. »
Le soleil se levait et tu décolla enfin tes yeux de l'écran assez grand de ta télé. Tu avais joué toute la nuit à Ori, n'ayant plus besoin de dormir, et tu avais ragé toute la nuit aussi. Maintenant fallait bosser. Tu te leva et t'étira longuement avant de retirer ton kigurumi totoro, de le ranger avec les autres et de mettre une chemise à carreaux, un débardeur noir en dessous, un short et tes converses. Tu attacha tes cheveux en une longue tresse qui arrivait au bas de ton dos et, tranquillement, tu te dirigea vers ton bureau.

Sur le chemin, tu saluais quelques personnes et riait un peu quand les nouveaux te voyais et comprenais que tu étais un fantôme. Un loup garou te sourit avant de dire

-Salut la maladroite! Fais gaffe aujourd'hui!


-Ahaha très drôle, fais gaffe toi à te moquer il va t'arriver des conneries


Le loup rigola et reprit son chemin tandis que tu arrivais à ton bureaux d'assistante sociale. Tu salua tes collègues avant de traverser la porte de ton bureau et de t'installer sur ta chaise

-Aaaah gosh! Bon, qui j'ai aujourd'hui?


Tranquillement, tu regardais ton emploi du temps en jouant avec un stylo. Il n'y avait pas grand monde pour une fois, tant mieux, tu pourras peut-être te balader entre deux rendez vous, surtout que,
tu avais une grosse tranche vide d'environ 2h dans l'après-midi. Hé bien, c'est une journée tranquille! Autant en profiter!

De bonne humeur, tu accueillais tes rendez vous avec le sourire et les aidais comme tu le faisais tout les jours. A la longue, tu t'étais tellement habituée à voir de tout que plus grand chose t'étonnais. Eux par contre, semblaient étonnés de voir que tu étais un fantôme. Bah, ils s'y feront eux aussi.

Les deux grandes heures de pause arrivèrent et, toute contente, tu quitta ton bureau en levant les bras

-Paaauuuse!


Ou pas. L'une de tes collègues en profita pour te refiler des papiers à donner chez les bureaucrates de UDC et elle ne pouvait pas le faire elle-même, ayant des rendez vous. Gentiment, tu accepta et, les papiers en main, tu te dirigea vers les bureaux.

C'est ainsi que tu te retrouva à explore une partie de UDC que tu ne connaissais pas. Tu te pressais quand même un peu et faisais attention à où tu allais. Ce n'est qu'une bonne demi heure après que tu fini par trouver les bureaux! Enfin!

En sifflotant, tu passa ta tête par la porte d'entrée et vit un homme avec des oreilles pointues, un elfe très certainement. Tu te retira et flotta vers le mur où il bossait et d'y glisser ta tête. Ah ben? Il est où?Ah il était vers la porte. Tu t'arrêta de siffloter et attendis qu'il te vit avant de sourire de toutes tes dents

-Coucou! Désolée de déranger mais tu ne saurais pas où sont passés tout les bureaucrates du coin?


Non, tu n'avais pas remarqué qu'il y avait des travaux étant donnés que tu étais à côté des travaux. Tu traversa complètement le mur sans te dire qu'il pourrait être choqué de voir une personne traverser un mur comme ça

-J'ai des papiers à leurs doooo-... Ils sont où?!


Tu écarquilla les yeux et regarda autour de toi, flottant sur toi même avant de faire demi tour pour voir si tu les avais pas oublié en traversant le mur. Ah ben si! Soulagée, tu les repris et te tourna avant de voir qu'il y avait une partie du mur en travaux

-Ah! Ca explique l'absence des gens, ok d'accord.

Tu passa le mur avant de t'asseoir

-Pfffr j'me suis faite tout ce chemin pour rien, génial...


Puis tu te rappela qu'il y avait quelqu'un d'autre dans la pièce et tu te redressa en remontant les manches de ta chemise

-Mes excuses, je suis impolie! Salut! Ca va? Désolée d'avoir traversé le mur comme ça!
Joy Adams
Assistante Sociale Maladroite - ♫
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 25/09/2017
Âge (Personnage) : 26 ans
Lieu d'habitation : ULTIMATE Death Company
Métiers / Etudes : Assistance sociale
Avatar : Oc de sawasawa
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 16:14
    « - Coucou! Désolée de déranger mais tu ne saurais pas où sont passés tout les bureaucrates du coin? »


Y’a cette fille qui… Attends qu’est ce qu’elle fait là, le coin est même pas censé être ouvert au public, juste à ceux qui bossent ici… sérieusement, qu’est ce que c’est que ce foutoir? Alors elle a beau l’air adorable, je dois avouer ne pas être vraiment totalement rassuré, en fait. Je secoue légèrement la tête, avant de la voir commencer un peu une tirade dans son coin, quant elle compris qu’elle ne tirerait pas grand-chose de moi, de mon côté…

    « - J'ai des papiers à leurs doooo-... Ils sont où?! »


Bah pas ici, jeune fille – ai-je simplement eut envie de répondre. Mais quelque chose m’empêche encore de parler. D’accord, on est dans un endroit où repose les défunts, d’une manière plus ou moins subtile… Et là pour le coup, je suis encore à me demander si ce que j’ai vu était subtile, ou juste peu pensable… Enfin, je me concentre un bref instant, tentant simplement de savoir ce qu’elle faisait… Elle semble avoir oublié quelque chose – je veux dire, outre ma présence, et fait un aller-retour entre cette salle, et celle de derrière mon travail… Ok, j’ai donc affaire à un fantôme. Génial, c’est la première fois que j’en rencontre un. Ma foi, pourquoi pas, c’est toujours original à découvrir et connaître. Surtout que celle-ci semble légèrement farfelue, ça pourrait me faire passer le temps. Et puis comme ça, ça me fera un semblant d’excuse pour ne pas avoir à bosser. Quand elle revient, d’ailleurs, elle a l’air de constater la raison pour laquelle je suis ici, et se fait la réflexion

    « - Ah! Ca explique l'absence des gens, ok d'accord. Dit-elle avant de s’asseoir. Elle rajoute par ailleurs : Pfffr j'me suis faite tout ce chemin pour rien, génial.. »


Je soupire un bref instant et me redirige vers le bureau, sur lequel ma machine a café est encore en marche. Je sors ainsi un autre gobelet du cabas et reprends ma tasse, faisant s’écouler mon café et le flot de mes pensées. Je préférais clairement penser à autre chose, mais même ce court moment que je souhaitais me réserver à moi-même ne prenait même pas place, car directement elle m’interpella :

    « - Mes excuses, je suis impolie! Salut! Ca va? Désolée d'avoir traversé le mur comme ça! »


Je souris simplement, me tournant vers elle en gloussant un bref instant. Non pas de moquerie de ma part, je ne suis pas un salaud à ce point, En revanche, je ne pus m’empêcher de finir le premier café s’écouler – celui dans le gobelet, avant de préparer la deuxième dosette, pour celui qui serait mien. Ainsi, je me retournais tranquillement :

    « - Bah écoute, une journée tranquille ! Je rencontre un fantôme qui passe à travers un mur qui est cassé, et qui cherche des gens donc je ne suis même pas sûr de où ils sont actuellement. Donc comme quoi. »


Le café derrière moi finit de couler quand je la regarde une nouvelle fois :

    « - Tu m’excuseras, je n’ai aucune idée de où sont les gus qui travaillent en temps normal dans ce bureau. En revanche, j’ai du café, si jamais. »


À quelque mètres de moi, même pas, elle aurait de quoi tendre la main pour venir récupérer ce nectar chaud et délicieux. J’en profite pour le mettre plutôt de son côté, pendant que je me pose contre ce bureau bureau semi prestigieux, en train de commencer à siroter cette boisson relativement chaude. Les yeux clos, j’attends un bref instant en soufflant sur mon café, lui demandant simplement :

    « - Juste, comme ça, par simple info pratique, tu es ? »
Ange Jimmabbiad
Cafetière Officielle - ♥
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 08/10/2017
Âge (Personnage) : 32.
Lieu d'habitation : Dans un appartemment de l'ultimate death company.
Métiers / Etudes : Bob le bricoleur.
Avatar : Nero - Drakengard (manga)
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 16:52

Ange Jimmabbiad

&

Le What

« Bah bien sûr, Narvalo ! Je vais refaire ton mur, enflure. »
Tu t'étais enfin rendue compte que personne était là car il y avait des travaux et qu'ils étaient fait par l'elfe qui t'avait vu traverser le mur eux trois fois au moins. Il avait pas trop l'air choqué, ça va. Tant mieux, ça t'aurai un peu attristée de le voir partir en hurlant au fantôme.

Il répondit à ta question en souriant et après avoir gloussé. C'est sûr que quand on voit quelqu'un traverser un mur comme ça, c'est sûr que ça choque un peu. Tu soupira un peu avant de secouer la tête à la proposition de café

-Désolée, je ne bois plus depuis... quelques semaines maintenant


dommage, tu aimais bien le cappuccino et tu ne pouvais plus en boire. Tristesse. Tu regardais autour de toi et constatait qu'en effet c'était un peu le bordel ici. Il s'était passé quoi? Tu te frotta la tête en te disant que tu devais probablement pas être là avant que l'elfe te demande qui tu étais. Tu te tourna vers lui et souris

-Ah oui pardon! Je suis Joy, assistante sociale et fantôme, comme tu as pu le voir! Et toi?


Tu lui tendais ta main, un peu par réflexe. Mais comme tu étais encore une jeune fantôme, pas grand chose te traversait tant que ce n'était pas rapide, donc tu pouvais techniquement lui serrer la main. Techniquement.

Une fois les présentations faites, tu regarda le mur en haussant un sourcil

-Il s'est passé quoi en faite? Les bureaucrates ont appris à s'amuser?


Un sourire en coin, tu laissa un petit rire t'échapper en regardant l'elfe, attendant sa réponse en te disant que c'était la première fois que tu le voyais dans le coin lui. Un nouveau? Et pourquoi il avait une machine à café avec lui?
Joy Adams
Assistante Sociale Maladroite - ♫
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 25/09/2017
Âge (Personnage) : 26 ans
Lieu d'habitation : ULTIMATE Death Company
Métiers / Etudes : Assistance sociale
Avatar : Oc de sawasawa
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 17:33
    « - Désolée, je ne bois plus depuis... quelques semaines maintenant »


La voici qu’elle me répond à ma question précédente. Je souris simplement, ne répondant rien de plus. Tant mieux, quelque part, ça me fera un café en plus, même si c’est triste de boire seul, tout comme fumer. Mais j’aurais plutôt assimiler dans un premier temps le fait qu’elle soit un fantôme. Enfin bon, elle n’avait pas non plus l’air d’un drap blancs transparent, donc encore ça va, heureusement que j’ai la capacité de sociabiliser plutôt facilement, sinon, voilà la tâche bien compliquée par excellence que de se lier de connaissance avec un mort… une deuxième fois je présume? Car si elle n’était morte qu’une fois, ici, je serai donc également un fantôme moi, normalement… Ou alors je peux traverser les murs depuis tout ce temps et je me fais quand même chier à passer des portes ? Mais auquel je ne suis qu’un ignoble idiot, un couillon de première zone, sérieusement, qu’est-ce-que j’attends pour… Ouais, non. En fait, tout bien réfléchi, je ne suis pas un fantôme. Je l’aurais remarqué assez vite.

Enfin bref. Ainsi, je ne peux qu’attendre qu’elle décline une identité. En effet, outre le fait qu’elle avait l’air pensive, quant à ce qu’il s’était passé ici, elle n’en démordait pas moins quant au fait que dans le coin, ça restait quand même sacrément le bordel. La voici soudainement qu’elle m’arbore un sourire tout simplement merveilleux – et quand je dis merveilleux, je ne mâche pas mes mots. Elle a beau être un fantôme, et est censé être quelqu’un de froid sans émotions, selon la plupart des racontard, pour ce qu’elle son sourire avait honnêtement tout ce qu’il y aurait pu être de plus vivant, de plus beau et magnifique. Pour être honnête, cela me mit plutôt en forme, et sa présentation s’en suivit juste après que je m’extasiais à moitié sur sa belle bouille d’ange – mais mort, l’ange. Du coup.

    « - Ah oui pardon! Je suis Joy, assistante sociale et fantôme, comme tu as pu le voir! Et toi? »


Et la voilà qu’elle me tend la main. Honnêtement, je ne sais pas vraiment comment réagir, donc j’en profite simplement pour m’approcher, et tenter de tâter sa main fantomatique, pensant potentiellement serrer quelque chose. Ma foi, je me permet de lui rendre son merveilleux sourire plein de dents pointus, m’affirmant ainsi comme quelqu’un de plutôt joyeux, me présentant donc sous un angle que je préférais lui exposer comme positif plutôt que désespérant, et ce, même si je sais que dans le fond, je suis désespérant !

    « - Ange. J’suis un peu le Bob le bricoleur de la company. Et elfe, mais ça on s’en cogne, ça change pas la personne que je suis. »


Cet échange de mains serrées et ce sourire, commun échangé, nous nous posons ainsi désormais afin d’entamer un semblant de début de connaissance, car il n’y a après tout aucune raison pour que nous n’échangions pas entre nous, étant donné. J’avais quelques questions à lui poser, et elle en avait probablement quelques une aussi. Ainsi, je la laissais exprimer son interrogation quant aux dégâts qui avaient eut lieu ici. Prenant une gorgée de mon café chaud, je la regarde simplement, jusqu’à ce qu’elle me dise :

« - Il s'est passé quoi en faite? Les bureaucrates ont appris à s'amuser? » [/list]

Je gloussais une nouvelle fois quant à cette idée de voir un avocat complètement rond dans son bureau, cravate à la place de la ceinture, et chemise ouverte, et je dois avouer que cette idée m’aurait bien plu, mais hélas, il n’en n’était rien. Non, mais comme elle demandait, je m’empresse ainsi de lui répondre, un air légèrement narquois se greffant sur mon visage.

    « - Disons que quand un avocat te met en colère par rapport à ta manière d’être, et que tu t’emporte, ça donne des gens qui tapent et griffent des murs. Ce qui est dommage, c’est quand tu t’attaques au mur où il y a genre de l’eau, et que du coup, ça coule. Surtout si à côté il y a l’évacuation, et auquel cas, là ça… Pourrit les étages. »


Un long silence de mort s’impose. Je me demande si elle a vraiment comprit ce que je voulais dire quand je parlais des évacuations. Bon en même temps, j’ai pas un milliard de manière de signifier que la merde s’était écoulé ici et en bas, puis des fois, je me demande si cela ne vaudrait pas mieux qu’elle se pose pas de questions…

    « - Après moi j’m’en fiche, ça me fait toujours des anecdotes à raconter, mais en tout cas, tout l’étage d’en bas est condamné, et celui-ci était loin d’être ouf, jusque là. Du coup j’dois me retaper cette partie du mur, et ce en veillant bien à mettre cet isolant, qui… Ressemble à de la slime. »


J’en prend un infime partie pour lui montrer comment cela fait, et il n’y a pas à dire, c’est absolument rigolo ! Ce machin bouge pour un rien à la moindre très légère secousse ! Ainsi, je m’en vais re regarder la demoiselle, lui demandant à mon tour :

    « - Hey mais du coup, toi, tu fais quoi dans le coin ? T’avais un rendez-vous ? »
Ange Jimmabbiad
Cafetière Officielle - ♥
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 08/10/2017
Âge (Personnage) : 32.
Lieu d'habitation : Dans un appartemment de l'ultimate death company.
Métiers / Etudes : Bob le bricoleur.
Avatar : Nero - Drakengard (manga)
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 23:50

Ange Jimmabbiad

&

Le What

« Bah bien sûr, Narvalo ! Je vais refaire ton mur, enflure. »
Il ne fit pas de remarque sur le fait que tu ne buvais plus de café depuis un moment, il se contentait de sourire. Tant mieux, non pas que tu étais susceptible, au contraire, mais une remarque + une remarque + une remarque ect ect... ça devient lourd vous savez. Tu t'étais ensuite présentée en lui tendant ta main et sa réaction agrandit ton sourire. Avait-il peur de traverser ta main? Tu n'étais pas si facile à traverser pour le moment donc il n'avait pas grand chose à craindre, techniquement. L'elfe se présenta à son tour et, toute contente d'avoir fait une nouvelle rencontre, ton hocha la tête et serra sa main dans la tienne

-Enchantée Bob le bricoleur


Une lueur taquine dans le regard, tu relâcha sa main et contemplait le mur qui était en mauvais état. Hé bien, c'était pas la fête qui s'était passé ici, on aurait plutôt dit qu'un loup garou sauvage c'était défoulé sur ce pauvre mur qui n'avait rien demandé. Pour être sûre, tu avais question Ange qui avait rit, s'imaginant probablement des avocats coincés du bulbe qui s'éclataient, bourrés comme des coins. Ça serait drôle à voir n'empêche. A tenter un jour.

Tu écouta la réponse du jeune homme et rigola

-Je compatis tellement pour les gens d'en dessous, ça doit pas sentir la rose.


Tu avais bien compris ce qu'était les évacuations, même si tu ne risque plus 'aller au toilette. Avantage d'être un fantôme. Tu imaginais la tête des gens quand c'était arrivé et souriait, amusée. dieu tu aurais voulu être là, mais les bureaux, avocats et autres conneries dans le genre c'était pas ton truc. Tu préférais aider les gens à s'intégrer, les écouter et faire ton boulot d'assistante sociale.

Après le long silence, Ange parla à nouveau et tu te tourna vers lui avant de le voir prendre un bout de ce qui devait être l'isolant. Les yeux fixés dessus, tu regardais le petit bout de slime bouger dès qu'on le touchait à peine. Là, tout de suite, tu rêvais de t'éclater avec, grande gamine que tu es. L'elfe te posa une autre question et tu décrocha tes yeux du bout d'isolant

-Oh, je devais donner les papiers à un gens mais comme personne est là, j'vais les laisser dans un coin sûr


Fin pas tout de suite, tu préférais toucher du bout du doigt, lentement,
la slime. Elle gigota et tu rigola comme une enfant

-Mais c'est génial ce truc!

Amusée, tu pris le petit bout et t'amusa à le faire bouger dans tout les sens avec un grand sourire de gosse. En même temps c'est drôle ce truc, ça bouge dans tout les sens et c'est bizarre à toucher, tu adorais. Tu voulais prendre tout les isolants pour jouer avec mais, ça appartenait à l'entreprise, comme toi d'ailleurs, du coup tu ne pouvais pas trop jouer avec TOUT ce qu'il y avait. Du coup tu te contentais de ton petit bout en riant quand il bougeait

-C'est trop bizarre ce p'tit machin! Ca ce vent autre que pour des isolants ou? Parce-que je rêverais d'avoir un gros bout de ce truc et jouer avec quand je m'ennuie!


Tu regardais Ange avec l'air d'une enfant qui venait de recevoir son plus beau cadeau de noël. il n'y a pas à dire, tu t'amuse d'un rien toi.
Joy Adams
Assistante Sociale Maladroite - ♫
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 25/09/2017
Âge (Personnage) : 26 ans
Lieu d'habitation : ULTIMATE Death Company
Métiers / Etudes : Assistance sociale
Avatar : Oc de sawasawa
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Oct - 11:26
    « - Enchantée Bob le bricoleur ! » ai-je eut droit.


Maintenant que j’ai dit ça, je suis sûr d’être fiché à vie. Ma foi, si cela peut lui donner un surnom marrant à me donner, je ne veux pas non plus rechigner sur cet état de fait, après tout, quelque part, c’est un peu moi qui l’ait voulu, en soit. Son regard légèrement sournois n’en démordait pas pour autant d’une franche sympathie, et c’est ce qui m’a fait plaisir. Un simple sourire se glissa sur mon visage afin de prouver ma bonne foi envers elle. Elle avait l’air de constater un instant une nouvelle fois les dégats, repensant potentiellement à la scène dont elle spéculait juste avant… Ouais, ça aurait été bien drôle de voir cela se passer. Bien évidemment, elle s’était empressée de rajouter après mon explication :

    « - Je compatis tellement pour les gens d'en dessous, ça doit pas sentir la rose.

    - Ah ça non, j’te le fais pas dire… »


M’enfin. Une fois ce sujet définitivement clos, nous sommes enfin revenus à la discussion principale concernant ce quelle faisait ici. Et à défaut d’extrapoler diverses théories futiles, qui, certes aurait permit de rigoler un bon coup, mais qui, pour autant, n’aurait pas vraiment aboutit à une fin en soit vraiment sérieuse et qui, même plutôt, aurait débouché sur quelque chose de relativement barbant, je préférais lui demander, car après tout, autant mieux être servi par la personne intéressée que par des fabulations en tout genre, même si pour le coup, j’aurais eut peu de mal à trouver ce qu’elle faisait dans le coin, je pense.

    « - Oh, je devais donner les papiers à un gens mais comme personne est là, j'vais les laisser dans un coin sûr »


Très bien. Donc de l’administratif classique, comme j’aurais très bien pu m’en douter. Et oui, bien sûr que ça aurait pu partir sur une discussion classique, banale, et où l’on aurait tourné en rond sur des sujets ennuyeux concernant l’organisation globale de la company, mais bien évidemment, je vous laisse deviner que tout cela ne risque pas vraiment de s’arrêter là bien au contraire ! Si tout était parti pour une discussion banale, le contexte en sot indiquait bien le contraire. De quoi avait l’air cette discussion au final ? D’un point d’amorce pour quelque chose d’un peu plus déjanté. Désormais, la voici à regarder ce qui va me servir pour travailler, et en quelques sortes...S’extasier pour ce dernier. Elle a l’air de comprendre que ce machin rebondit un peu comme ces boules gélatineuses bizarres. Elle en prend un léger bout et commence à en faire n’importe quoi…

    « - Mais c’est génial ce truc ! »


Me voici une nouvelle fois à glousser pendant qu’elle s’extasie sur cette chose en soit informe… C’est vrai que vu comme ça, c’est assez drôle, puis son rire… Mon dieu, on aurait dit un rire d’une gamine de douze ans qui a écouté une blague bien trop drôle pour ce qu’elle a l’habitude d’entendre. Elle continuait à tripoter ce machin dans tous les sens en même temps qu’elle essayait de construire une phrase plus ou moins cohérente.

    « - C'est trop bizarre ce p'tit machin! Ca ce vent autre que pour des isolants ou? Parce-que je rêverais d'avoir un gros bout de ce truc et jouer avec quand je m'ennuie!

    - Bah pour être honnête, je pense que ça se vend qu’en isolant… »


Enfin, je dis ça sans vraiment donner d’avances quelconque. Néanmoins, je me précipitai vers la longueur qu’on m’avait apporté, et je sorti mon cutter. En toute honnêteté, je vais pas avoir besoin de tout ça, le mur fait même pas 6m², donc autant en gratter un peu, puis un peu d’isolant en moins, ça n’a jamais fait de mal à personne, honnêtement. Ainsi, pendant qu’elle s’amuse avec cette slime étrange, je lui découpe une autre longueur, plutôt en forme d’étoile – un peu tétraplégique, mon étoile, mais bon, je suis pas doué pour manipuler cette matière, puis je lui envoie l’étoile que je viens de me faire de son côté, et ce, avec une force suffisamment importante que ça fasse une espèce de vieux bruit… A la fois drôle et immonde. C’est quelque chose dont je ne m’attendais pas vraiment, et pour être honnête, là tout de suite, c’est… Vraiment bizarre. Un nouveau gloussement s’échappe de mon gosier et je finis par rire un bon coup, en redécoupant ainsi un morceau.

Mon regarde était fixé sur cette matière fascinante, qui aurait servi à couper les sons entre les murs, et je me dis que comme la plupart des isolants, il y aurait eut des dérivés approximatifs, bien évidemment. Mais lesquels, dans ce cas là ? On a eut la laine de verre, qui, même si ça gratte au début, fait un super coussin, les boites d’oeufs qui me permettait de faire de subperbe figurines, et maintenant, ce machin qui va bien faire passer le temps. Je me vois déjà dans une putain de bataille avec ce machin dans les mains, à le balancer sur ce fantôme. D’ailleurs, je me demande si ça a pas été conçu exprès pour les fantômes. Peut-être qu’on a un isolant pour limiter le passage entre les murs ? À tester ! Je m’empresse ainsi à faire de mon morceau une boule, comme si une bataille de boules de neige allait commencer.

    « - Bon, j’vais être honnête, les mecs de ce matin m’ont pas donné envie de bosser. T’es beaucoup occupée, toi, ce matin ? Dis-je avec un regaarde de défit. »
Ange Jimmabbiad
Cafetière Officielle - ♥
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 08/10/2017
Âge (Personnage) : 32.
Lieu d'habitation : Dans un appartemment de l'ultimate death company.
Métiers / Etudes : Bob le bricoleur.
Avatar : Nero - Drakengard (manga)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Oct - 16:10

Ange Jimmabbiad

&

Le What

« Bah bien sûr, Narvalo ! Je vais refaire ton mur, enflure. »
Ange n'avait rien dit quand tu l'avais appelé Bob le bricoleur. Tu n'allais pas le surnommé comme ça tout le temps, juste de temps en temps pour le taquiner, sans plus. Tu avais ensuite dis que tu venais pour des papiers,
de l'administratif de base. La discussion aurait pu s'arrêter là si il ne t'avait pas montrer un bout de slime. Ce petit machin te donnait une envie folle de t'amuser avec. Il y en avait pas mal en plus, peut-être trop pour le peu de mur qu'il y avait à couvrir? Va savoir, c'est pas ton métier.

Par contre tu étais triste que ça ne se vende que sous forme d'isolant.
Une petite moue déçue pris la place de ton sourire avant qu'un gros bout de slime s'écrase sur la table en face e toi en un bruit à la fois drôle et étrange. Tu sursauta un peu et te tourna vers ce qui semblait être... euh... une étoile! Les yeux tout brillants, tu tapota dans tes maisn

-ooohohoho!! Géniiiiaaaaal


Tu n'allais pas retourner au boulot tout de suite si Ange te donnait de quoi te divertir. Tu pris l'étoile en souriant, surprise de voir u'elle était moins lourde que ce que tu pensais, et t'amusa à la faire bouger. Du coin de l'oeil, tu vis Ange faire une boule dans sa main et tu souris en coin avant de répondre à a question

-Non ça va, mes rendez vous étaient sympa. Je tiens à te préciser que tout ce qui est rapide me traverse, donc si tu me lance un truc, peu de chance que ça me touche


Tu rigola avant de prendre un bout de l'étoile et de la lancer vers lui avec le peu de force que tu avais. Si lui avait peu de chance de te toucher, toi par contre tu pouvais le toucher c'était plus drôle.

Toute souriante, tu repris un bout de ton étoile et le lança sur Ange en faisant attention à ne pas toucher la cafetière. A cause de vieux réflexe,
tu alla te cacher derrière un meuble en embarquant ta slime et tu t’attela à en faire une boule. Une fois ton oeuvre faite, tu te releva d'un coup, prête à la lancer avant de voir que l'elfe avait disparu

-Allons bon, il est où?


Tu te releva complètement, flottant au dessus des meubles avant de chercher Ange, un peu étonnée qu'il ai disparu comme ça d'un coup. Il a du aller se cacher, mais où?

Tu finis par rester plantée au milieu de la pièce, intriguée avant d'entendre des pas

-Oh merde! Quelqu'un arrive!


Aussitôt, tu te cacha dans un bureau et te roula en boule dedans histoire qu'il n'y ai pas un bout de quelque chose qui dépasse. Le bruit de la porte qui s'ouvre se fit entendre et tu resta figée tant que tu n'entendais pas la porte se fermer.

Quelques secondes plus tard, la personne quitta la pièce et tu quitta ta cachette

-Pfiou! Bon t'es où ange? J'ai un cadeau pour toi


La slime à la main et un sourire au coin des lèvres, tu attendais qu'il quitte sa cachette pour lui balancer ta boule de slime à la tronche.
Joy Adams
Assistante Sociale Maladroite - ♫
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 25/09/2017
Âge (Personnage) : 26 ans
Lieu d'habitation : ULTIMATE Death Company
Métiers / Etudes : Assistance sociale
Avatar : Oc de sawasawa
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Oct - 12:48
Dieu, qu’elle a l’air fasciné. Ça change, étrangement, de ce que j’ai l’habitude de voir. Ça change des coincés du cul à la bourre, pressés et stressés. Elle, elle a envie de s’amuser, jouer un peu. Et je la suis volontiers ainsi dans cette démarche franchement peu coûteuse, bien loin de là. Son assouplissement basique prouve bien qu’elle est dans l’attente. Non pas dans une attente longue et prolongée, mais au moins qu’elle a du temps à dépenser, à faire autre chose que remplir de la paperasse et à patienter que des personnes viennent la rencontrer, lui raconter ses problèmes quotidiens. D’ailleurs, assez ironique d’avoir un mort deux fois comme assistante sociale. C’en est presque beau, comme forme de tristesse, et encore, je ne sais pas si je peux vraiment appeler ça une forme de tristesse, je préfère plutôt parler de contradiction. C’est moins sordide et ça reflète un peu mieux la situation, puis bon, ce n’est pas comme si elle était la seule à être contradictoire – je veux dire, j’suis bien un des seuls elfes, protecteur de la nature et du respect de l’environnement, à avoir des vêtements en cuir et des consoles de jeux-vidéos à la maison, donc bon, en terme de contradiction, moi aussi je me pose là.

Bien évidemment, je ne suis pas sûr que la faire poireauter ainsi ait grand effet, néanmoins, elle semble apprécier admirer ce qu’elle tenait entre ses mains (enfin, tenir, c’est un bien grand mot également), s’extasiant encore et toujours devant l’étoile que je venais de lui confectionner. Et tout cela attendant ma réponse, elle ne trouve finalement rien d‘autre à sortir qu’un semblant d’exclamation bateau, mais néanmoins amusant à admirer, comme si une jeune fille venait de redécouvrir le plaisir de s’amuser après de longues semaines enfermées à l’école :

    « - ooohohoho!! Géniiiiaaaaal »


Et la voici pour le coup repartie pour faire n’importe quoi avec mon isolant, parce que oui, ça a beau être un morceau que je lui ai filé, ça reste à la base mon isolant ! Bon, ça ne veut pas dire que je vais le lui reprendre, bien loin de là, mais n’empêche, ça n’en restait pas moins amusant. Une vraie gamine s’amuser avec du matériel de grand, en soit, c’est un peu ce que je pensais, sur le coup, avant de me rappeler que même si elle était sans doute un peu plus jeune – chose fort triste en passant, aussi, pour le coup – elle ne restait pas pour autant excessivement moins jeune que moi, et en soit, j’aurais pas séparé notre différence d’âge à plus de cinq ans. Enfin, je verrai au moment venu, pour l’instant… Ca va être la guerre. Une guerre sans merci, si tout se passe bien, que je compte bien déclencher, entre elle et moi. Une guerre qui n’opposera pas d’idéaux politiques, religieux, ou que sais-je, non. Quelque d’encore… bien plus terrible.

    « - Non ça va, mes rendez vous étaient sympa. Je tiens à te préciser que tout ce qui est rapide me traverse, donc si tu me lance un truc, peu de chance que ça me touche »


Sans doute, sans doute. Mais ce n’est pas le fait de te toucher, qui compte, mais voir à quel point tu es potentiellement vulnérable ! Et… Oh ! C’est moi qui doit déclencher la guerre pas l’inverse ! Mon sourire narquois à peine dessiné, je ne suis que prit de surprise quand à cet assaut soudaine, car en effet, elle décide désormais de m’attaquer, tandis que je devais réceptionner son projectile ! A peine en main, le machin se colla un peu à ma main. Un peu chiant à se défaire, je ne la vois même pas qu’elle me balance une seconde munitions en ma direction ! Je m’empresse ainsi d’esquiver, avant de tenter de la relocaliser. Derrière le bureau, c’est sûr ! Elle s’est déjà planquée la fourbe, mais elle ne sait pas ce qui l’attend, la bougre. Elle ne sait pas ce qu’elle va endurer aujourd’hui ! Décidément, on est vraiment de sale gosses pour le coup ! Des sale gosse trentenaire, mais ma foi. Des sales gosses quand même.

Le temps que je trouve un cachette adéquate, je lui balance le premier morceau qu’elle m’avait envoyé, avant de me planquer dans le premier porte document vide entre-ouvert, priant pour qu’elle ne me rode pas. Je l’entends marmonner, et c’est drôle, elle ne se rend finalement pas compte que je suis tout proche. Par contre, je suis presque à court de munitions. Je n’ai qu’un seul bout de slime, et j’ai intérêt à bien viser, non pas pour la toucher, même si ça devrait lui faire un semblant de quelque chose, je pense, mais juste par fierté personnelle de gagner une bataille qui ne semble pas « dominable » par avance. Néanmoins, je suis sûr que je peux me permettre d’esquiver tous ses tirs avec mon habileté à toute épreuve. Je dois mettre en avant ma dextérité si je veux gagner cette bataille, même si je sais qu’à aucun moment elle ne se posera comme « matérielle » en soit. A moins d’être vraiment stupide, mais non, je ne la pense pas ainsi.

Et il est temps. Il est temps pour moi de sortir. Je prépare mon angle de visé. Parfait. Un léger pas, et je n’ai qu’à sauter, rouler, tirer bien fort pour être sûr que cette chose parte bien droit. Roulade, caché derrière le bureau, surtout qu’elle a l’air planté au milieu de la p…



La porte vient de s’ouvrir… Qu’est ce qui se passe, personne n’est censé être ici, même pas mon chef de chantier. La faucheuse, peut-être ? Non. Elle a beau se revendiquer reine de la ponctualité, elle doit être encore plus feignasse que moi. Je regarde rapidement l’entièreté de la salle, mais personne. Définitivement personne n’a l’air de pointer le bout de son nez, et la demoiselle a l’air de s’être caché à l’intérieur de quelque chose, ce qui, en soit, est une bonne chose si elle ne veut pas se faire prendre… Bref, quelqu’un se présente finalement devant moi. Je lui lance mon regard froid de type qui n’a pas spécialement envie de sociabiliser. Un gros bonnet ou un cravateux qui veut faire genre qu’il pète plus haut que son cul. Un vampire, à sa gueule, sans doute. Je soupire un peu, faisant mine de ne pas être disponible. Il me regarde soudainement l’air désolé, un peu désolé, en soit, marmonnant un simple :

    « - J’ai du me tromper de salle

    - Ouais c’est ça, ouais. »


Il se retire finalement. Tant mieux. Le regard attentif, je cherche rapidement une cachette proche. Le doublage du mur me laisse de quoi me planquer. Parfait, je peux m’y glisser et attendre qu’elle sorte. Je n’ai qu’à l’écouter, à savoir où elle se planque, sauf si elle décide de s’exposer. Je vais miser là-dessus. Je vais attendre un instant, la laisser sortir de sa tanière. On va faire comme ça, ouais. Je re-prépare correctement ma boule de slime, et je la laisse patienter, être sûr du départ du type. La porte a t-elle claqué ? Va savoir. Probablement. Ah ? Ça y est, j’entends le bruit de quand elle bouge. Je ne sais pas si son spectre fait quand même s’activer des vibrations, j’en déduirai que oui au vu de ce qu’elle peut faire, néanmoins, je la laisse faire et s’exprimer.

    « - Pfiou! Bon t'es où ange? J'ai un cadeau pour toi

    - Moi aussi !! »


Mon objectif c’était pas de la viser elle, je ne suis pas sûr que je l’aurais eut ! Néanmoins, je sors en même temps que je m’exprime et je lui balance ma slime au niveau de la sienne, faisant en sorte de la jarter ! J’en profite également pour en récupérer deux ou trois morceaux et j’ouvre la porte du bureau d’à côté, vide aussi, également, bien plus grands, avec un peu plus de cachettes ! Je regarde aux alentours, des placards bien plus grands, des bureaux plus hauts, ouais. Ça doit être pour des lycans ou des bestioles de la même espèce, bref, c’est un peu plus haut, c’est atteignable, mais franchement, je veux pas savoir qui bosse ici. Maintenant que j’y pense, peut-être qu’en fait,il s’agissait que d’une dispute entre collègues qui a généré cela ? Oh merde, c’est vrai que je dois me planquer !

L’avantage avec ces bureaux, c’est que je peux m’y planquer sans trop avoir à me courber à me baisser. Je suis dans l’attente. L’attente la plus complète, et la plus indiscutable… pas de bruit ? C’est étonnant, cela. Je reste un peu caché, et regarde ce qui s’y passe, visiblement, rien. Mais c’est un fantôme, je dois m’attendre à ce qu’elle déboule de genre, juste à côté de moi. Je n’ai pas intérêt à me laisser surprendre. Je ferme les yeux et visualise la situation. J’écoute. Et je l’entend, ce sifflement si singulier, et si court. Je crois que je l’ai ! Je saute et entame une roulade, balançant une boulette à l’aveugle ! Est-ce-que je l’ai eut ? Est-ce-qu’elle est atterrit sur elle, à travers elle, ou quoi ? Allez savoir. J’en profite pour voir les différentes propositions de cachettes que me fait ma pensée, et je me planque finalement derrière une espèce de gros fauteuil en cuir. Délicieusement divin, ce canapé, en passant ! J’attends finalement. Un moment. J’essaye d’écouter si elle arrive, au cas où… Je sors ainsi, lentement de ma planque, penchant la tête une nouvelle fois, et je finis pas m’exclamer :

    « - Bah alors ? On a peur jeune fille ? J’ai l’air cruel à ce point ? Viens si tu l’oses ! »
Ange Jimmabbiad
Cafetière Officielle - ♥
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 08/10/2017
Âge (Personnage) : 32.
Lieu d'habitation : Dans un appartemment de l'ultimate death company.
Métiers / Etudes : Bob le bricoleur.
Avatar : Nero - Drakengard (manga)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Oct - 14:01

Ange Jimmabbiad

&

Le What

« Bah bien sûr, Narvalo ! Je vais refaire ton mur, enflure. »
Tu avais commencé la guerre en lui lançant un bout de slime et en te planquant juste après. Pour une fois que tu tombais sur quelqu'un qui avait l'air de vouloir s'amuser autant que toi, fallait en profiter non? Si si. C'et pour ça que tu t'amusais à lui lancer des boules de slime, jusqu'à ce que tu ne le vois plus. Du coup tu t'étais levée pour le chercher avant d'entendre la porte s'ouvrir. Cachée dans un bureau, tu attendis que l'imprudent s'en aille, ton ami n'avait d'ailleurs pas l'air très heureux de voir quelqu'un d'autre ici. Bah.

Une fois la porte fermée, tu quitta ton bureau et te remis à flotter pour trouver Ange. C'est lui qui te trouva et lança sa slime contre la tienne pour la virer de tes mains. Tu ria et pris ton étoile avant de le suivre dans l'autre pièce.

Comme tu t'y attendais, il s'était caché. Et la pièce était bien plus grande, fournissant ainsi plus de cachette. Mh le trouver n'allait pas être chose facile. Ton étoile dans les bras et une boule déjà toute faite dans une main, tu te baladais en écoutant autour de toi, attentive au moindre bruit. La! Tu te tourne vivement vers lui quand il quitta sa cachette et te lança une boulette qui traversa ta poitrine. C'est pratique d'être un fantôme, j'vous jure. Tu lui lança ta boule à toi sans le quitter des yeux. Derrière le fauteuil en cuir. Un sourire en coin, tu lui lança une autre boule qui atterrit plus loin derrière le fauteuil puis tu te cacha derrière un meuble et ne fit plus aucun bruit. Le but? Le faire attendre assez longtemps dans le silence pour qu'il quitte sa cachette et vérifie si tu es toujours là. Se sera un peu long.

Sans te départir de ton sourire, tu attendais sous un bureau non loin,
histoire de pouvoir l'entendre mieux si il bougeait. Tu souris un peu plus quand il se mit à parler et jugea que c'était l'occasion pour le surprendre. Tu traversa le sol, te retrouvant en dessous de la pièce et flotta jusque l'autre bout avant de remonter ta tête pour voir où tu étais. Si tu avais géré, tu étais derrière lui normalement. YES! Ta boule était pas loin en plus. Parfait. Silencieusement, tu pris ta boule et t'approcha de lui avant de crier un tonitruant

-BOUH!!!!!


Et tu lui lança ta boule dessus en rigolant. Comment il allait réagir? Va savoir. Tu quitta rapidement le sol pour flotter au dessus de Ange, un sourire narquois collé aux lèvres. Rapidement, tu te dirige ver ton étoile de slime et te fait pleins d'autre boules que tu balance sur le fauteuil, le bombardant littéralement pour faire sortir Ange de là

-Bah alors? T'es sûre que c'est moi qui ai peur?


Tu t'amusais comme une folle, comme une gosse, comme tu ne n'étais pas amusée depuis longtemps et c'était tellement bien que tu rêvais de t'amuser comme ça encore looongtemps.
Joy Adams
Assistante Sociale Maladroite - ♫
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 25/09/2017
Âge (Personnage) : 26 ans
Lieu d'habitation : ULTIMATE Death Company
Métiers / Etudes : Assistance sociale
Avatar : Oc de sawasawa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dear Reaper :: The ULTIMATE Death Company :: Maât moi ça ! :: Bureaux-