NC-18 - Contexte Fantastique Contemporain - Avatar 200*400

Liens utiles

Recherche

Azazel
recherche pleins de liens !
Sandman
recherche des amis sexys ♥
Marcapin
recherche un lien

Il paraîtrait que...

Rackham Le Légendaire vie maintenant une idylle avec Harry Houdini sur le dos d'un morse.

Rackham Le Légendaire a formé Chuck Norris et The Rock.

Rackham Le Légendaire a pris une cuite monumental en compagnie de Mohandas Karamchand Gandhi.

Prédéfinis du moment ♥

Code par MV/Shoki - Never Utopia
Adapté grâce à Onyx - Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas


Tout vient à pain à qui sait attendre • Amélie la Boulangère

 :: Bienvenue dans l'Entreprise :: Entretiens d'Embauches Mortels Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 20 Oct - 17:12
Amélie De La Boulangerie
Surnom : La Boulangère
Genre : ♀
Âge : 346 ans et des poussières
Occupation : DRH à la ULTIMATE Death Company
Groupe : Brachiosaure
Race : loli vampire
Orientation Sexuelle : les gros chiffres
Situation Conjugale : c'est compliqué
Situation Familiale : vit seule avec son con de chat
Situation Financière : sûrement meilleure que la tienne
Y a quoi dans ta tête ?

Vend toi un peu coco ! : Vous savez la vie, c’est comme une gare... un endroit où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. Amélie fait partie de la première catégorie. A la différence qu’elle ne va jamais à gare, bien trop sale et bruyant pour une personne de sa classe. Non, la demoiselle préfère rester bien au chaud dans ses appartements de fonction, cloitrée entre ses murs qui la protègent du monde extérieur. Si on lui demandait où sont passés ses rêves, son envie de voyager... elle vous répondrait sans doute qu’en 346 ans, on en avait déjà assez vu du monde pour comprendre qu’on n’obtient rien à attendre que les choses tombent du ciel. Et c’est vrai qu’elle se fait vieille, derrière son visage d’enfant aux traits doux et innocents. Elle a eu l’éternité derrière elle, maintenant son travail est tout ce qui importe. Amélie est très pragmatique il faut dire, plus terre-à-terre que d’autres – ce qui est somme-toute logique quand on fait 1m40 talons compris – mais c’est aussi pour cela qu’elle se plait dans son environnement. Car elle a l’expérience de la vie, et le pouvoir de vous faire regretter le moindre regard de travers. L’air de rien, elle est attentive à son personnel, elle a même un classeur spécial où elle range toutes les plaintes et les revendications syndicales. Et ça lui arrive même de les lire. Quelques fois.

Comment tu peux être chiant toi ? : Il y a un truc à savoir avec elle, c’est qu’elle passe son temps à critiquer. Tout, tout le temps, partout. Vous faites un truc de travers, vous pouvez être sûr qu’elle vous le fera remarquer. Pas toujours méchamment, pas toujours de manière agressive. Elle donne son avis alors qu’on ne lui a pas forcément demandé, bref, elle casse les pieds quoi. Ça a l’air innocent, mais en coulisse, derrière les rideaux, la petiote sait comment pousser les gens à bout. Faut dire que ça fait belle lurette qu’elle se prend plus la tête avec ces conneries, personne n’écoute une gamine en jupette, au mieux on lui marche les pieds. Dans un monde de loups, celui qui montre les crocs sera toujours plus respecté que celui qui courbe l’échine devant la hiérarchie. Alors elle montre les crocs Amélie, et elle en profite pour casser ceux des imbéciles qui s’opposent à elle. On peut bien lui reconnaitre une chose : elle agit toujours dans les règles. Mais ça ne veut pas dire que la méthode sera propre pour autant, vous leurrez pas. Humilier ses mauvais employés, c’est autant un passe-temps qu’une stratégie de gestion pour elle. Mais en fait, aussi loin qu’on se rappelle, elle a toujours été comme ça... née d’une famille noble, destinée à être au-dessus des autres. Ce qu’ils appelaient « tyrannie » n’était à ses yeux que l’ordre naturel des choses. Et puis, elle se trouve relativement sympa Amélie, faut voir les tordus qu’on trouve chez ses collaborateurs. Ça file des frisons, même à elle...

Tu manges quoi ? Tu écoutes quoi ? Tu aimes quoi ? : Elle aimerait bien qu’on lui foute la paix, pouvoir manger ce qu’elle veut et ne pas avoir à crier sur tout le monde. Mais voilà, les allergies s’en mêlent, et au final elle n’a pas vraiment le choix d’aimer ce qu’elle veut. Pour la nourriture elle s’y est faite, le pain chaud c’est ce qu’elle préfère. Ça pourrait ressembler à une blague quand on regarde son patronyme, mais non, elle se mord vraiment des miches de pain comme de la brioche. Sinon, bah, son truc, c’est plutôt de rester cloitrée devant son écran et de jouer à la console. Amélie elle est pas du genre hyper sociable, alors elle préfère éviter les trucs pour se donner un genre, mais ça lui arrive de se laisser inviter parfois. Et puis, quand elle n’est pas occupée à travailler ou à casser les pieds de quelqu’un, elle joue au go. C’est drôle à dire mais ça lui vide l’esprit, c’est un peu comme une drogue pour elle, alors elle y joue tellement qu’elle est devenue imbattable. Avant ça elle se prenait pour une artiste, à griffonner des croquis sur son cahier. Ça la bottait d’écrire une bande dessinée, « les aventures de Pilou le lapin », mais elle avait arrêté de publier quand son public a décroché après la mort de cinq personnages dans d’atroces circonstances. Génie incompris.

Et c'est quoi tes hobbys ? : Amélie elle aime le style et s’habiller chic, les robes à froufrous un peu style 16ème comme on en portait à la cour royale. C’est comme ça qu’elle garde un peu de son passé, des petites clins d’œil çà et là, des indices disséminés dans sa chambre. Elle a un chat aussi, un joli pas beau qu’elle appelle Louis XIV. Il est tout fripé, s’il avait survécu il lui ressemblerait surement un peu... honnêtement le choix du sphinx, c’était plus par soucis pratique que réel intérêt : pas de poils, moins d’allergies. Au moins il est affectueux... très con et lunatique aussi, mais on peut pas non plus s’appeler comme le Roi Soleil et avoir la lumière à tous les étages.

Tu fais quoi quand t'es stressé ? Quand tu te réveil ? La plupart du temps ? : La vérité... c’est qu’elle est plutôt calme Amélie, elle vit plutôt bien le stress. Elle peut faire des journées de 10h sans trop ciller, elle l’adore son travail. Et puis, il y a les mauvais jours. Ceux qui lui donnent envie de se couper du monde, d’être dans sa petite bulle ; il lui suffit alors de mettre son casque sur ses oreilles, se caler dans son grand fauteuil, et de mettre le son à fond pour se laisser bercer. Elle aime en écouter quand elle joue aussi, quand elle sort, quand dort... un peu n’importe quand en fait, il suffit d’un prétexte. Car il faut savoir une chose, les jeux et la musique sont son refuge, des barrières pour chasser ses mauvaises humeurs, parce que sans ça, elle deviendrait folle certains jours. Un conseil : foutez-lui la paix dans ces moments, ou repentez-vous.

Racontes moi ton plus grand rêve ! : Son ambition, hein ? Elle est assez secrète sur ce point à vrai dire. Amélie aimerait visiter le monde du dehors, au-delà de l’Otherside où elle a passé pratiquement toute sa vie. Pouvoir se débarrasser de ses allergies, de ce corps éternel qui ne vieilli pas... tout ça n’a pas que des mauvais côtés, mais franchement, va voyager avec ta trogne de loli de 8 piges. Dans un sens, c’est peut-être à cause d’Ange tout ça, elle qui n’arrêtait pas de lui parler de ses projets de vacances. Amélie, elle arrête pas de lui dire de redescendre sur terre, que voyager pour une vampire c’est trop d’ennuis pour pas grand-chose, mais au fond, elle l’envie un peu. C’est pas forcément évident d’espérer partir loin, surtout à un poste comme le sien. Mais elle se dit un jour, un jour prochain, ça sera possible. Ça coûte rien de rêver, ça améliore la productivité.

T'as quelque chose d'autre à me dire ? : Il n’y a pas grand-chose à dire sur la Boulangère, tout le monde la connait dans l’entreprise. Ou du moins, tous en ont entendu parler. Elle n’est pas vraiment aimée, mais tous préfèrent avoir affaire à elle qu’à dieu sait quoi pire pourrait la remplacer. Il y a ceux qui viennent d’arriver, et ceux qui étaient là alors qu’elle n’était qu’une employée normale sans prétention – vite fait – et qui l’ont vue gravir les échelons à une vitesse incroyable. Elle a toujours eu tendance à privilégier le résultat à la méthode, quitte à casser du sucre un peu gratuitement. Pourtant, il y a bien quelques-uns parfois, qui essayent quand même de faire ami-ami. Et avec eux, Amélie deviendrait presque vivable. Si on oubliait sa tendance à faire sa chef, et celle à râler pour tout et rien. Mais malgré tout ça, si jamais vous n’êtes toujours pas parti... c’est une bonne amie. Elle fait rarement dans le sentimental, mais quand ça arrive, c’est sincère. Elle laissera toujours entendre que ça la saoule, qu’elle n’a pas envie, mais elle s’implique toujours à la fin, parce qu’elle est comme ça.

Et dans ta vie ?

Amélie est née au XVIIIème siècle, sous le règne du grand Roi Soleil. Fille unique d’une famille noble et estimée, elle vécut une enfance épanouie auprès de ses deux parents, ne manquant de rien. Elle était intelligente Amélie, éduquée au près d’un précepteur particulier elle n’avait que 9 ans que déjà elle s’exerçait à l’art de la calligraphie et des belles lettres. C’est qu’à cet âge, elle vivait déjà l’une des plus belles romances épistolaires qu’on ait pu voir, promise à un noble du duché voisin qui lui assurerait une existence paisible et confortable jusqu’à la fin de ses jours. Elle ne l’avait jamais vu, son prince, mais ce n’était pas grave. La petite Amélie fantasmait, se laissait prendre à son imagination. Chaque fois qu’elle lisait ses lettres, ses doigts repassant sa belle écriture courbée, elle se sentait flotter, tellement excitée ! qu’elle finissait toujours par se rouler sur son grand lit jusqu’à en tomber par terre.

Les mois et les jours passaient, dans le bonheur de sa petite famille, jusqu’à l’anniversaire de sa dixième année. Ou du moins, c’est ainsi qu’elle s’en souvient... c’était un jour particulier, oui, la lune était pleine, noyant de son éclat les jardins autour de sa maison. Elle avait dû tirer les lourds rideaux de sa chambre pour pouvoir s’endormir, la nuit était si claire. Mais le destin avait décidé de changer ses plans pour elle : au beau milieu de cette nuit, elle fut tirée de ses rêves par deux personnes qui s’étaient introduites dans sa chambre. On venait pour elle... on venait l’enlever. Amélie voulu crier, mais une main et un foulard vinrent étouffer ses cris de détresse. On ne l’entendit pas non plus pleurer lorsque des crocs se plantèrent dans son cou fragile. Paniquée, elle voyait sa vie défiler devant ses yeux, comme une pièce de théâtre dont elle serait le premier rôle... mais incapable de faire quoi que ce soit, de réécrire ce script qui la menait à sa perte. Puis sa vision se brouilla... la blondinette estime avoir perdu connaissance à ce moment. Résignée, acceptant par dépit ce sort qui lui était réservé.

Mais ce n’était pas encore l’acte final. Elle revint à elle, blottie dans les bras de sa chère mère. Les vilaines personnes étaient parties, elles avaient été chassées. La petite Amélie pleura de joie, étreignant ses parents restés à son chevet avec tout l’amour qu’elle leur portait. Cette nuit-là, elle crut avoir échappé au pire. Elle aura pu presque en oublier la trace sombre sur son cou cachée dans ses cheveux, la poussée de fièvre qu’elle eut et qui fut attribuée au choc de ce qu’elle venait de vivre. La famille monta se coucher, apaisée. Les rideaux se baissèrent à nouveau.

Ce fut au lendemain seulement qu’elle comprit. Qu’elle n’avait pas été sauvée, que c’était déjà trop tard pour elle. Que la folie la gagna et qu’elle devint un démon comme ceux qui avaient tenté de l’enlever. Savez-vous ce qu’est cette faim, cette sensation brûlante qui vous prend la gorge et annihile toutes vos pensées ? Non, bien sûr que non. La transformation... ce fut atrocement douloureux. C’était tout nouveau pour Amélie, bien trop violent pour qu’elle puisse le supporter. Elle se leva en hâte de son lit, tremblante, haletante. Sa fièvre ne redescendait pas, son corps ne lui répondait plus totalement. Elle se traina jusqu’à la chambre de ses parents qui dormaient toujours, cherchant de l’aide à sa détresse... mais... ce qui lui a pris... elle ne saurait l’expliquer. Ça lui faisait tourner la tête, sa conscience l’abandonnait. La seule chose qui lui restait à ce moment, c’était ce liquide épais et âpre qui coulait dans sa gorge. Elle avait tué sa mère. Elle aurait pu tuer son père, les domestique, peut-être même tout le village... les visages, les cris de terreur, ils la hantent encore en rêve parfois. C’est étrange d’ailleurs, car elle avait appris à relativiser après coup. Peut-être simplement qu’ils sont là pour lui rappeler de ne jamais oublier.

Peu de temps après, Amélie fut accueillie en urgence dans une station frontière de l’Otherside. Elle eut bien de la chance de se trouver non loin d’une des rares existantes à l’époque. Elle rejoint un groupe de jeunes enfants qui comme elle, s’étaient retrouvés sans attache suite à de tragiques évènements. Amélie resta à l’écart quelque temps, plusieurs années en fait, mais qui lui semblent quelques semaines à peine sur l’échelle de sa vie. Elle gardait gravé en elle le traumatisme de l’incident, et cette condition qu’elle se refusait à accepter. Ce n’était pas exagéré de le dire : elle avait tout perdu. Son foyer, sa noblesse, sa famille. Tout ça, parti en fumée. Et cette faim qui la tiraillait, la forçant à boire ce fluide abject qui la révulsait maintenant. Oui, ça n’a pas été facile. Mais c’est comme tout le reste : le temps passe puis on finit par s’y faire.

Au cours de ces années, elle vit de nombreuses choses défiler, des visages, des changements. Pour une certaine raison, elle restait toujours attachée à cette station qui l’avait accueillie. C’est là qu’elle a rencontré Ange, dieu sait quel nom elle portait à l’époque, et d’autres. Plein d’autres en fait, mais ils ne restaient jamais bien longtemps avec elle. Faut rappeler qu’elle avait déjà plus d’un demi-siècle dans les pattes, derrière son doux visage d’enfant, alors elle en jouait. Mais Ange, c’est la seule à être vraiment resté avec elle pendant un long moment. Combien de temps au juste ?... qui sait. Elle n’a jamais su ce qu’elle trafiquait Amélie, juste que c’était pas très légal. De son côté, elle, c’était pas la joie non plus. Des boulots de fonctionnaire, aide à la personne. Comme une façon de rembourser la dette qu’elle avait pour ce monde qui l’avait accueillie. Mais surtout, c’était un joli comptoir sur la misère humaine, et ça, c’était pas tous les jours facile à supporter. Alors elle est partie. Du jour au lendemain, comme ça, sans prévenir. Elle s’est évadée, fait bidouiller un passeport et ses valises pour se tailler, ailleurs, pourvu que ça soit loin d’ici.

C’est un peu hasard qu’elle a entendu parler de l’UDH et de sa reprise par la Faucheuse. Peut-être qu’à ce moment elle s’est dit qu’il était temps de se poser, et de recommencer une nouvelle vie. La boulangère s’est pointée à une session de recrutement et fut embauchée dans le service RH de la boite. Elle prit vite ses marques dans ce nouvel environnement, peut-être un peu trop pour ce qu’elle semblait être. Ça ne l’empêcha pas de monter les échelons sans trop de soucis, si bien qu’au bout de deux ans elle était à la tête du service. C’est là que les autres employés ont commencé à la craindre, elle et son petit caractère, mais ça c’est une autre histoire.

Et après ? Bah, pour fêter son emménagement dans ses logements de fonction et sa promotion, la Boulangère adopta un chat. Ils disent que ça améliore la productivité, alors parfois elle l’amène au bureau pour que ses employés en profitent. C’est devenu un genre de jeu, le plus mauvais du mois doit prendre le panier du chat sur son bureau. Et quand on connait le caractère du matou, croyez bien que ça motive. L’entreprise est un peu devenu son petit Versailles, comme elle aime l’appeler... elle s’y sent chez elle. Parfois elle y retrouve de vieilles connaissances, des descendances, ça l’amuse de tout classer sur son carnet d’adresses. Bref, elle vit sa vie.

▬ Mary • Ib

Carnation : pâle
Taille : 1m36 sans talons
Corpulence : normale pour une fillette de 10 ans
Cheveux : très longs, qui descendent en cascades dorées jusque ses hanches
Yeux : bleu saphir clair
Signe(s) distinctif(s) : un petit ange adorable qui peut te saquer tes RTT et te blinder d’heures sup’, juste comme ça, sur un coup de tête. T’inquiète, tu vas vite retenir sa bouille.
P'tit nom : Renzia, Lili ou Licorne
Tu viens d'où ? : de loin !
Âge : j'ai arrêté de compter à 20
Tu nous as connu comment ? : Aza c'est ma cavalière en fait !
Commentaire(s) : J'adore les dinosaures et les pailettes

Code:
<b>Mary</b> ♦️ <i>Ib</i> • Amélie De la Boulangerie
Code:
<b>DRH</b> ♦️ <i>ULTIMATE Death Company</i> • Amélie De la Boulangerie
Amélie De La Boulangerie
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 26/09/2017
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Oct - 18:44
Huuuh voilà enfin ta fiche ma belle ! Bon courage !

Si tu as des questions n'hésite pas ❤️
Marley Green
Fondatrice dans le Turfu - ♚
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2017
Âge (Personnage) : 24 ans
Lieu d'habitation : ULTIMATE Death Company
Métiers / Etudes : Chasseuse de Fantômes et de CDNO
Avatar : Miku Hatsune - Suna no Wakusei (Vocaloid)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Oct - 19:19
Officiellement bienvenue et bon courage petite Amélie ♥️
Dakota S. Fitzgerald
Bae primitive - ♥
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 09/10/2017
Âge (Personnage) : 25 ans
Lieu d'habitation : Cercueils tout Conforts
Métiers / Etudes : Agent des Douanes
Avatar : Wendy Corduroy
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Oct - 23:36
...Trop choupinoutte.....

Allez, bon courage pour ta fiche, oh et bienvenue bien sur *le mec il fait tout dans le désordre*
Davyd Heartland
Croco Ronchon - ♥
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 12/10/2017
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Oct - 23:26
Merci pour l'accueil (ici et sur la cb, ça fait toujours plaisir ♥️)

J'avance doucement, reste plus que l'histoire, j'espère l'avoir finie d'ici au week-end prochain. J'espère que mon interprétation correspond aux attentes pour ce personnage, au moins au niveau du caractère ! J'ai pas joué de rôle comme ça depuis un long moment donc je ferai de mon mieux - et pour rester présente aussi... ou mon moins pire. Promis.

Encore désolée pour ma disparition imprévue également, disons que mon irl est plutôt agité par ces temps-ci, mais la tempête est derrière moi (yay) donc... je suis pas douée pour les longs discours ♪ Love, désolée xD
Amélie De La Boulangerie
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 26/09/2017
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Oct - 18:14
JE T AIME BULANGERE SAMA
COEUR
Ange de Saint Hiver
Mini Biologiste - ♥
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 26/09/2017
Âge (Personnage) : 278 ans
Lieu d'habitation : Avec Bétadine
Métiers / Etudes : Biologiste
Avatar : Ib, d'Ib game
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Nov - 19:41
Up ! Pour dire que ma fiche est terminée... désolée pour le temps que ça a prit, j'avoue que je n'ai pas l'habitude de synthétiser 4 siècles de vie xD Enfin voilà ~

Amour et cookies, je m'en remet à votre jugement ♥️
Amélie De La Boulangerie
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 26/09/2017
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dear Reaper :: Bienvenue dans l'Entreprise :: Entretiens d'Embauches Mortels-